Mario Giacomelli (1925-2000)


Luigi Ghirri (1943-1992)

Italien de naissance, géomètre de formation, Luigi Ghirri mêle photographie et voyages à partir des années 70. Un ouvrage, Kodachrome, est publié en 1978, compilant les images réalisées au cours de cette décennie.
Ghirri se montre d'emblée un adepte de la photographie en couleur. Ses sujets, architectures, paysages, se situent en apparence aux limites de l'anodin, mais révèlent des jeux subtils entre réalité et simulacre, proposent mises en abyme et effets de miroir qui déstabilisent une perception acquise du monde. Au coeur de cette lecture, Ghirri place la carte, la mappemonde, l'atlas, comme transcription topographique vecteur de connaissance, comme objet esthétique et comme lieu à part entière. Influencé par Walker Evans, il nourrit sa photographie des signes qui affleurent la surface du visible.
Dans les années 80 il collabore à des revues d'architecture, honore des commandes publiques en Italie et en France (Château de Versailles). Conceptuelle, voire cérébrale et cependant visuellement très accessible, sa photographie procède d'un certain hermétisme. Au spectateur attentif elle révèle, dans les nombreux ouvrages publiés, que Ghirri élabore patiemment une cosmogonie inédite, une réorganisation délicatement équilibrée des éléments essentiels du monde.
Bien que prématurément disparu, Luigi Ghirri figure, avec Mario Giacomelli, un des grands acteurs de la photographie italienne contemporaine.

(Source ARAGO, le portail de la photographie)

Polka Galerie lui à consacré quelques pages (cliquez sur la photo)


Paolo Gioli (1942)

Paolo Gioli est né à Sarzano (Rovigo) le 12 octobre 1942.
 À partir de 1960, il concentre ses activités artistiques à Venise où il fréquente la Scuola Libera del Nudo, qui fait partie de l'Accademia di Belle Arti.
En 1967, il a voyagé à New York, où il a reçu une bourse d'étude de la Fondation John Cabot et a rencontré les galeristes Leo Castelli et Martha Jackson.
A New York, il découvrirait aussi le "New American Cinema". En 1968, il est retourné en Italie. À partir de 1970, il concentrera ses activités autour de Rome, où il entrera en contact avec la Cooperativa Cinema Indipendente. Entre Rovigo et Rome, il produirait ses premiers films, qu'il développerait lui-même avec sa caméra comme laboratoire, sur les pas des frères Lumière.
En 1976, il s'installe à Milan, où en plus de travailler dans le cinéma, il ferait des recherches soutenues de la photographie. Et dès le début des années 1980, Gioli recevait sa première reconnaissance importante pour ses activités photographiques avec une exposition personnelle à l'Istituto Nazionale per la Grafica - Calcografia di Roma (1981), au Centre Pompidou à Paris (1983) et au musée Nicéphore Nièpce à Chalon / Saône la même année; aux Rencontres Internationales de la Photographie d'Arles où son travail sera exposé plusieurs fois (1982, 1996, 1998) également au Musée Réattu (1987) et un one-man show au Palazzo delle Esposizioni à Rome (1995); son travail a été présenté sur la couverture du catalogue AIPAD de 1984.
Actuellement, Gioli vit et travaille à Lendinara. En 2006, la société italienne Rarovideo a publié un ensemble de deux DVD avec une sélection de quatorze de ses films.
La même année, les films de Gioli ont été présentés pour la première fois dans Views from the Avant-Garde, une section spéciale du NYFF, où Gioli a toujours été représenté depuis. L'année suivante, il a été invité au Hong Kong International Film Fest en tant qu '«artiste en focus».
En 2008, une sélection de ses films a été présentée à la Cinémathèque de l'Ontario à Toronto et, en juin 2009, le Festival du film de Pesaro lui rendra hommage avec une rétrospective complète de ses films.
En décembre 2009, le SCS-Centro Sperimentale di Cinematografia de Rome publia une monographie sur son travail de cinéaste.
En juin dernier, la Cinémathèque Française de Paris l'a honoré d'une rétrospective assez complète de son travail. En automne, il a été invité à Toronto et à New York Film Festivals.

 

Pour consulter son site, cliquez sur la photo


PHOTOLOGIES

Cette aventure a débuté en 2015 pour la préparation du Congrès National de la Fédération Photographique de France qui s'est tenu à Aubagne au début du mois de mai 2016.

Nous étions réunis à cette occasion, autour de Christian Ramade et Patrick Massaïa, anciens membres du groupe ALPHÉE, qui organisaient dans les années 90, AUBAGNE EN VUE, une grande manifestation photographique qui réunissait des grands noms de la photo, tels que Willy Ronis, Lucien Clergue, Hans Silvester, Claude Nori,  etc. VOIR ICI