ESPACE BRAS D'OR



En cliquant sur le nom du photographe, vous aurez accès à son site ou un site qui lui est consacré

En cliquant sur la photo vous vous rendez sur la page dédiée au photographe


Gianni Berengo Gardin, est un reporter-chroniqueur incomparable. Sa manière qui le caractérisait de photographier, lui a permis d'obtenir un succès international.

En 1994 il a obtenu le prix Oskar Barnack.

 


Franco Fontana est un photographe italien passé maître dans l’art de la magie de la couleur, paysages entre ciel et terre, mer perdue dans l’horizon, femmes posées comme des nénuphars sur l’eau des piscines, paysages urbains à la limite de l’abstraction.


L’homme qui est devenu peintre, poète et photographe a débuté sa vie professionnelle, en 1938, comme typographe dans une imprimerie. Pendant la guerre, il commence à peindre des compositions abstraites ainsi qu’à aimer la poésie.

 



Photographe adepte du vide habité qui opéra un tournant majeur dans les années 1970. On lui doit notamment un travail remarquable sur le peintre Giorgio Morandi, réalisé avec l'écrivain Giorgio Messori. « Mon désir, déclare-t-il, a toujours été celui de travailler avec la photographie à 360 degrés, sans limitations [...]. Mais au-delà de ce credo d’avoir appris de l’art conceptuel la possibilité de partir des choses les plus simples, évidentes, pour les revoir sous une autre lumière. »

Après des premières expériences en peinture, en lithographie et en sérigraphie, Paolo Gioli se tourne à partir de 1968 vers l'exploration de techniques photographiques et cinématographiques. Il s'inspire de l'œuvre de photographes anciens, tels que Nicéphore Niepce, Thomas Eakins, Julia Margaret Cameron, ainsi que de Étienne-Jules Marey qu'il découvre lors d'une rétrospective au Centre Beaubourg.

Artiste pluridisciplinaire, Paolo Ventura utilise la photographie afin de documenter une réalité fictive façonnée de ses propres mains. Les décors minutieusement construits dans son atelier se transforment le temps d’un cliché en villes, rues, bâtiments et intérieurs qui accueillent des personnages traînant avec eux leurs histoires intimes, comme suspendus dans un temps immobile.



Les images d'Andrea Graziosi éveillent un sentiment d’attente, comme dans un film à suspense, dont elles pourraient être les fragments. Elles nous font basculer à la frontière labile qui sépare les mondes du connu et de l’inconnu, de la matière et de l’esprit. Au bord de la chute, le regard se retient aux liens reconstitués dans la prise de vue.

 


Un voyage en arrière dans sa propre imagination, qui - outre la photographie - approche la psychanalyse, en commençant la tentative thérapeutique et expressive d'utiliser le médium comme un scanner d'exploration et de réconciliation avec soi-même. Une couleur qui surchauffe l'œil avec une matière quasi-picturale et aucune histoire contraignante. (Giovanni Fiorentino)

 


Monica Biancardi, artiste photographe et performeuse napolitaine, crée des œuvres à caractère tantôt anthropologique et social (Credere, Orientamenti), tantôt plus intimiste (Aldilà, Mutamenti) qui voyagent de Naples à Paris, Barcelone ou encore Jérusalem.

 


Après sept ans de travail sur l'immigration en Europe, où il décrivait les méthodes et les efforts de l'Union Européenne pour gérer le phénomène, il ouvre maintenant son travail sur les processus d'inclusion et / ou d'exclusion des nouveaux arrivants dans la société.

 

 

 


Sa recherche photographique s’appuie sur la littérature pour composer l’image et mettre en scène des tableaux vivants. Ses anciens travaux s’inspirent des histoires telles que : Alice aux pays des merveilles, La princesse au petit pois ou encore Don Quichotte. Les acteurs qui ont accepté de poser pour Valentina sont des modèles amateurs.


La photographie, c’est une disponibilité au hasard, et le hasard ne vous arrive pas par miracle, le hasard… on a le hasard presque qu’on mérite, au bout de pas mal de temps d’aller partout, il vous arrive des choses, et c’est pour ça que j’aime bien dire qu’on ne prend pas de photos, mais que les photos vous prennent…(Bernard Plossu).




Archivio Fotografico Italiano


L'esprit de l'AFI se retrouve pleinement dans le titre introductif, qui résume une série de concepts qui interprètent bien la philosophie des Archives, conçue à l'origine pour concevoir la recherche et pour garder des œuvres disséminées et perdues, mais aussi pour devenir un site de collection. , préservation, valorisation et réalisation de collections photographiques, désormais reconnues par la législation comme «bien culturel».

Le fond photographique, constitué d'images de dons, d'héritages, d'acquisitions et de campagnes photographiques ciblées, a pour objectif principal de reconstituer un panorama de la culture, de l'histoire, de la sphère sociale et du paysage de l'Italie, en réservant un espace considérable aussi à la recherche personnelle des auteurs individuels.

Photographes présentés par l'AFI


Claudio Argentiero - Pendant plus de vingt-cinq ans, il a été impliqué dans la photographie. Son chemin se déroule entre le travail à la commission et la recherche personnelle. Il s'est toujours intéressé à la documentation du territoire et à ses changements, en produisant des images pour des expositions et des livres, en collaborant avec des organismes publics et privés. Depuis 1988, il organise et organise d'importantes expositions et événements photographiques.

En cliquant sur la photo, vous accèderez à une vidéo


Mario Lasalandra - Mario Lasalandra part à la chasse aux ombres. Raffiné, très élégant, il s'immerge dans la poursuite de nouveaux rêves et rêves de tous les temps, peut-être des peurs et même des caprices, des fantasmes, des contes de fées. Quel grand banquet serait pour un discours psychanalytique! ... Lasalandra est un photographe sérieux, je soupçonne: il ne condense pas une soupe visuelle juteuse à l'utilisation du plaisir esthétique, mais à mon avis il propose vraiment des rêves, son monde imaginaire, finalement son humanité. Oui, je le crois. "Lanfranco Colombo"


Nino Leto - Un témoin attentif des événements du monde, Nino Leto occupe, avec son importante carrière professionnelle, un lieu de grande réputation et reconnu parmi les protagonistes de la photographie italienne.


Giuseppe Leone - Il existe entre le photographe et la réalité succube qui l'entoure par une relation de belligérance pas très différente de celle qui contraste le chasseur avec la proie: ainsi que la main de celui-ci est étendu dans le fusil, l'œil de l'autre est incorporé dans l'appareil et il fait Arme à la culture d'un fragment de l'espace-temps irremplaçable. Un voleur de lumière, par conséquent, le photographe; Un voleur d'événements, qui électrocute le moment et l'emprisonne dans une boîte de carton court pour le livrer à l'éternité.

En cliquant sur la photo, vous accèderez à une vidéo



PHOTOLOGIES hors les murs

Les photos d'arrière plan de Florence, sont de Patrick Massaïa

PHOTOLOGIES

Cette aventure a débuté en 2015 pour la préparation du Congrès National de la Fédération Photographique de France qui s'est tenu à Aubagne au début du mois de mai 2016.

Nous étions réunis à cette occasion, autour de Christian Ramade et Patrick Massaïa, anciens membres du groupe ALPHÉE, qui organisaient dans les années 90, AUBAGNE EN VUE, une grande manifestation photographique qui réunissait des grands noms de la photo, tels que Willy Ronis, Lucien Clergue, Hans Silvester, Claude Nori,  etc. VOIR ICI